© Franck Crispin

La 19e assemblée plénière du Réseau des instances de régulation méditerranéennes (RIRM) s’est tenue à Marseille en France les 16 et 17 novembre 2017, à l’invitation du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Les membres ont, à cette occasion, célébré le 20e anniversaire du réseau.
Dix-neuf instances membres issues de dix-sept pays du pourtour méditerranéen étaient présentes : la CRA de Bosnie-Herzégovine, la CRTA de Chypre, l’AEM de Croatie, le CAA d’Andalousie, Espagne, le CAC de Catalogne, Espagne, la CNMC d’Espagne, le CSA de France, la GRA de Gibraltar, le NCRTV de Grèce, le CCSB d’Israël, l’IMC du Kosovo, le CNA du Liban, la BA de Malte, la HACA du Maroc, le CCA de Moldavie, l’ERC du Portugal, l’AVMU de République de Macédoine, la REM de Serbie et le RTÜK de Turquie. Onze d’entre elles étaient représentées par leur président. L’Institut national de l’audiovisuel (INA) et le Centre méditerranéen de la communication audiovisuelle (CMCA) étaient invités comme observateurs.
A l’ouverture de la réunion, le président sortant, Josep Maria Guinart i Sola, membre de la CNMC espagnole, a transmis la présidence du réseau pour un an à Olivier Schrameck, président du CSA français.
Les travaux de l’assemblée plénière étaient placés sous le thème général de « la régulation au service de la cohésion sociale dans un environnement numérique ».
Les participants ont abordé ce thème sous quatre angles : l’adaptation de la régulation audiovisuelle, la sécurité et les médias, l’éducation aux médias et la protection des mineurs, et la diversité dans les médias. Sous le premier point, les membres ont abordé la révision en cours de la directive « Services de médias audiovisuels », les enjeux des algorithmes, la régulation des plateformes, et l’articulation entre régulation, corégulation et autorégulation. S’agissant de la sécurité et des médias, le thème du traitement de l’information en temps de crise a été discuté. Sur l’éducation des médias et la protection des mineurs, des initiatives nationales récentes ont été présentées. Enfin, le sujet de la diversité dans les médias a été appréhendé dans ses trois dimensions : diversité culturelle, pluralisme des médias et appréhension de l’image de l’autre.
A l’issue des travaux, et à l’initiative de la présidence française, le RIRM a adopté à l’unanimité, le 17 novembre, la déclaration de Marseille « Pour une régulation rénovée dans l’environnement numérique » par laquelle les autorités membres s’engagent à œuvrer pour une régulation audiovisuelle adaptée à l’ère numérique et à ses exigences démocratiques, et en particulier à l’objectif de cohésion sociale.
Elles s’engagent ainsi à :
– adapter leurs pratiques et outils de régulation, en veillant à y associer tous les acteurs de la communication audiovisuelle, notamment les nouveaux services numériques ;
– rassembler et partager leur savoir et leur pratique de la régulation dans un environnement numérique, en renforçant leur coopération dans le cadre du RIRM, comme à titre bilatéral ;
– poursuivre et approfondir les travaux du RIRM sur la nécessaire évolution de la régulation de l’audiovisuel ;
– mettre ces travaux à la disposition des pouvoirs publics et des instances régionales et internationales pour alimenter leur réflexion sur les enjeux de la communication audiovisuelle à l’ère numérique.

L’année 2018 sera marquée par l’organisation par la CNMC espagnole d’un atelier au titre du suivi de la déclaration de Barcelone de novembre 2016 sur le traitement de l’information relative à la crise des réfugiés et des migrants méditerranéens.
Par ailleurs, à l’initiative de la HACA marocaine, et avec le soutien marqué de la présidence française, le réseau s’est engagé à promouvoir le rôle des régulateurs audiovisuels en matière d’égalité hommes-femmes en participant à la 62ème session de la Commission de la condition de la femme (ONU Femmes) en mars 2018 à New York. Parallèlement, le groupe de travail « Genre et médias » du RIRM poursuivra ses travaux sur le thème la violence de genre, sous la responsabilité conjointe des autorités portugaise et catalane.
Le président du RIRM devrait enfin réunir, dans le courant de l’année 2018, les présidents d’autres réseaux de régulateurs audiovisuels autour des problématiques communes de régulation et de l’adaptation de celle-ci à l’ère numérique.

A l’issue de l’assemblée plénière, la vice-présidence entrante a été confiée pour un an au CAC catalan (Espagne), membre fondateur du réseau, présidé par Roger Loppacher i Crehuet. Le CAC organisera la 20e assemblée plénière du RIRM à l’automne 2018. La vice-présidence sortante est assumée par la CNMC espagnole.

Enfin, c’est à l’occasion de l’assemblé plénière de Marseille et du 20e anniversaire du réseau qu’a été présenté et inauguré le nouveau site internet du RIRM, développé par le CSA français  avec le soutien de la HACA marocaine, et qui met notamment à l’honneur le logo modernisé du réseau.